J’accompagne mon enfant dans son lien d’attachement

Dès la naissance, le nouveau-né ressent le besoin d’établir un lien stable et sécurisant avec ses parents ou les personnes qui s’occupent de lui quotidiennement. On parle alors de lien d’attachement ; créer un lien stable et sécurisant qui va permettre au tout petit de grandir en confiance. Théorisée dès les années 1940 par le psychanalyste britannique John Bowbly, le concept d’attachement va au-delà du langage courant, « être attaché.e » qui évoque « aimer bien » mais se rapproche de l’étymologie du verbe qui veut dire « relier ». Comment l’attachement se traduit dans notre quotidien de parents ? comment faire face aux pleurs de l’enfant lors de la séparation ? Eponyme fait le point sur le sujet.

Qu’est-ce que le lien d’attachement et à quoi ça sert ?

L’attachement est le lien affectif profond qu’un bébé développe avec ses parents et les personnes qui s’occupent le plus souvent de lui. Le lien d’attachement permet à un enfant de se sentir en sécurité pour explorer son environnement, aller vers les autres et s’adapter aux situations difficiles.

Tous les mammifères fonctionnent avec le même circuit d’attachement. Le bébé est ainsi biologiquement programmé pour s’attacher. C’est en fait une nécessité vitale, car l’enfant a besoin de l’adulte pour se nourrir, se développer.

Les parents, figures d’attachement principales

Un enfant peut avoir plusieurs figures d’attachement. On parle alors de figures primaires (ou principales) et secondaires. Les figures principales sont le plus souvent les parents, car instinctivement, le nouveau-né va se tourner vers ces derniers pour répondre à ses besoins primaires (manger et dormir).

Isabelle Filliozat, psychothérapeute, spécialiste des émotions, compare la figure primaire (ou principale) à un porte-avion, et l’enfant, comme un petit avion qui vient se recharger en «amour et attention » sur la piste d’atterrissage.

Les figures secondaires sont les personnes qui accompagnent l’enfant dans son quotidien en substitut aux parents, cela peut être un grand parent, une nounou ou les professionnel.les des crèches.

La théorie de l’attachement ou pourquoi mon bébé pleure quand je le quitte ?

La théorie de l’attachement est d’abord une théorie spatiale et physique. Au fur et à mesure du développement de l’enfant, celui-ci va exprimer ses besoins à ses figures d’attachement : l’enfant qui s’attache cherche la sécurité, la compréhension et le contact auprès de ses figures d’attachement. John Bowlby, fondateur de la théorie de l’attachement, s’est ainsi intéressé aux conséquences des séparations précoces des enfants d’avec leurs parents.

« Quand la figure d’attachement est occupée, c’est une menace pour le petit mammifère qu’est l’enfant. », affirme ainsi Isabelle Filliozat.

Cela peut se traduire par des pleurs, lors d’un éloignement physique. A partir du 9e mois l’enfant prend ainsi de plus en plus conscience de la séparation. Les pleurs peuvent également subvenir lorsque la figure d’attachement n’est pas disponible pour répondre aux besoins de l’enfant. Une conversation téléphonique qui s’éternise, un petit frère ou une petite sœur dont il faut s’occuper, l’enfant par ses pleurs va exprimer un besoin d’attachement.

L’importance du lien d’attachement pour construire la confiance en soi

La construction du lien d’attachement va permettre à l’enfant de bâtir sa représentation du monde et de grandir en « toute sécurité » en présence d’une personne pour le protéger, le réconforter, l’aimer …Cela va aussi lui permettre de gagner en confiance en lui pour explorer son environnement car le tout petit est un explorateur, mais un explorateur prudent.

L’enfant qui se ne se sent pas isolé peut alors « voler » de plus en plus loin et explorer de nouveaux horizons, tout en revenant régulièrement vers le « porte avion ».

Un lien d’attachement sécurisant va ainsi contribuer à  :

  • Développer la confiance de votre enfant en ses capacités à faire par lui-même
  • Avoir confiance en l’autre en cas de problème
  • Faire naitre un sentiment de valeur personnelle même en situation de vulnérabilité, d’avoir une action sur l’autre et d’être quelqu’un d’unique
  • Développer une autonomie réelle et un savoir sur ses limites (savoir quand demander de l’aide).

Selon Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, spécialiste de l’attachement et de la résilience, un enfant ayant bénéficié d’une « niche sensorielle sécurisante » dès sa naissance fait son entrée en maternelle avec un bagage de 1000 mots contre 300.

Certains comportements favorisent la création d’un lien d’attachement sécurisant : Quelques conseils pour décoder les pleurs d’un bébé 

Le lien d’attachement sécurisant signifie que l’adulte est disposé et disponible à fournir non seulement l’amour mais l’attention dont l’enfant a besoin. Cela nécessite un peu de bon sens et beaucoup de pratique avec son enfant.

  • Cela commence par essayer de comprendre les besoins de l’enfant. Boire, manger, changer la couche. Ce n’est pas toujours simple à décoder et pas inné non plus ! Avec le temps et après quelques essais vous arriverez à décoder ses signaux
  • Lorsque son bébé pleure, il exprime le besoin d’être rassuré. Le prendre dans vos bras, ou lui donner une caresse va créer une relation de confiance durable : votre enfant peut compter sur vous ! Et oui, même la nuit !
  • Et les pleurs lors de la séparation ? Il faut les accueillir comme une preuve du lien d’attachement sécurisant que vous avez tissé. Il n’a pas envie de vous quitter. Grâce aux figures d’attachement secondaires, il saura ensuite se ressourcer auprès des personnes qui vont s’occuper de lui pendant votre absence pour ensuite aller vers le jeu.
  • Et les pleurs lorsqu’on le récupère l’enfant chez ses grands parents ?  l’enfant décharge ses tensions avec ses figures d’attachement principales, en qui il a le plus confiance, c’est-à-dire, le plus souvent, ses parents.
  • Enfin, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide si l’on a le sentiment que l’on ne comprend pas les besoins de son bébé ou quand on ne se sent pas ou plus capable. Médecin, professionnel.le de la crèche, puéricultrice de PMI (contacter la Maison des Solidarités de votre secteur) sont à l’écoute des parents. Il ne faut pas hésiter à les solliciter. Les pleurs de l’enfant peuvent aussi indiquer une douleur ou un souci de santé.

À RETENIR :

  • L’attachement est le lien affectif qu’un bébé développe avec ses parents et les personnes qui s’occupent le plus souvent de lui.
  • Le lien d’attachement se développe à mesure que vous répondez aux besoins de votre enfant de façon rapide, constante et chaleureuse.
  • Un bon lien d’attachement permet à un enfant de se sentir en sécurité pour explorer son environnement, aller vers les autres et s’adapter aux situations difficiles.

 

Pour aller plus loin :

Une vidéo « dis-moi » de l’association Ensemble pour l’Education de la petite enfance (EPEPE) : « Dis-moi….comment aider l’enfant à tisser un lien avec une nouvelle personne ? »

Et des lectures :

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Partager sur email
Partager sur print
A lire aussi