Alors que ces dernières semaines, nous avons abordé l’importance de laisser nos enfants jouer dehors, en toute liberté, cette semaine on s’attaque à un sujet plus que jamais d’actualité quand il s’agit « d’occuper » nos Loulous : le cas épineux des écrans !

TV, smart-phone, tablette, ordinateur… Nos enfants sont exposés très tôt à la nouvelle technologie et les messages sur les risques liés à leur utilisation sont de plus en plus nombreux. Alors comment conjuguer société high-tech et développement harmonieux de nos enfants ? 

• Quelques chiffres

• l’adulte passe en moyenne 5h/jour devant des écrans
• Chaque foyer abrite en moyenne 10 écrans
• le nombre d’AVS a été multiplié par 3
• les enfants de 4 ans passent en moyenne 21H/semaine devant un écran
• 61% de ces enfants regardent des contenus inadaptés
• depuis 2014, la tablette est le jouet le plus vendu.
• L’écran, pour les parents, est utilisé pour « occuper les enfants ». 74% des parents sont persuadés que c’est « bon, éducatif, que comme ça l’enfant sera plus connecté aux nouvelles technologies (générationnel) ».

La PMI de Viry Chatillon a constaté, quant à elle, une forte augmentation du nombre d’enfants, envoyés par les écoles, souffrant de difficultés d’apprentissage et de troubles de l’attention. Alors qu’elle recevait 35 enfants en 2003, ce sont 220 enfants qui sont venus en consultation en 2017.
Sur ces enfants :
– 1 sur 2 ne regardait pas dans les yeux et ne comprenait pas une consigne simple en Petite section
– 25 %des moins 4 ans ne répondaient pas à leur prénom

En 2018, un nouveau syndrome était ainsi défini : l’EPEE (Exposition Précoce et Excessive aux Ecrans).

Le développement de l’enfant

Les connexions cérébrales se font par l’attachement (sourires / réponses). L’enfant a besoin de regard humain pour se sentir humain. Il doit aiguiser ses 5 sens par le mouvement et la coordination oculo-visuelle. Si la télé est allumée constamment, l’enfant ne voit pas son environnement et peut être coupé dans ses expérimentations.

Devant l’écran, le cerveau des enfants se déconnecte : il est capté et le corps perd ses sensations..

  • Aspect positif : l’écran est utilisé à l’hôpital pour détourner l’attention des enfants pendant les soins.
  • Aspect plus négatif : si l’enfant est devant l’écran pendant son repas, son système digestif ne se met pas en route. Son cerveau ne sait pas qu’il mange, certains aliments ressortent entiers dans les selles.

Les enfants sont de moins en moins connectés à la nature et certains sortent parfois moins que les prisonniers (1h par jour). A l’extérieur l’enfant vit des milliers de sensations et apprend à vivre avec les autres.

Les conséquences de la surexposition

  • dépendance/ addiction, bientôt reconnue par l’OMS
  • troubles de l’attention (c’est une attention involontaire qui est mise en place devant une tablette)
  • passivité/ agressivité : manque d’initiative, inexpressivité / agitation à cause du contenu et du flash lumineux
  • retard moteur : retard de la motricité globale et fine. Arrivés à l’école, ces enfants n’ont pas la pince, pas de force dans les doigts pour écrire, ont du mal à répondre à la consigne « fais une griffe avec ta main, serre le poing »
  • troubles du langage
  • certains enfants sont coupés de la relation. On parle d’autisme virtuel ou de syndrome d’allure autistique (battements de bras, écholalies) : établissement de faux diagnostics. Difficile de faire la différence entre le syndrome EPEE et les troubles autistiques.On parle de surexposition à partir de 4 à 5h d’écrans par jour

Alors que faire à l’heure où les écrans sont partout ?

  • Éviter les écrans avant 3 ans
  • Limiter à 15 à 30 minutes maximum possibles si le contenu est adapté et accompagné
  • Limiter soi-même sa consommation en tant que parent (l’enfant est en imitation)
  • Définir les règles avec son enfant (ex : 30 min d’écran les jours où il n’y a pas école)
  • Créer un outil permettant à votre enfant d’établir le programme avec votre aide (ex : à chaque épisode ou période de 30 min, coller un sticker / colorier une case).
  • Appliquer autant que possible la Méthode des 4 « pas », rédigée et proposée par Sabine Duflo

Mettre en place ces 4 temps sans écrans c’est permettre à l’enfant d’être plus attentif en classe, de mieux développer son langagesa pensée, son imagination, sa capacité à être seul, son autonomisation, et de faire la distinction entre le réel et le virtuel.

Allez hop fermez vite cet article avant qu’il ne vous voit 😉

>> Pour aller plus loin

• « Les yeux dans les yeux », de Daniel MARCELLI
• «  Lâche ton téléphone », de Catherine PRICE
• www.surexpositionecrans.org
• www.sabineduflofr.wordpress.com
• Et pourquoi ne pas tester le défi « 10 jours sans écrans »

>> Nos autres articles autour de l’éducation positive 

Fermer le menu