Poser un cadre et des limites

Le cadre est structurant et nécessaire au développement des enfants. Il est essentiel pour donner des repères à l’enfant et l’aider à trouver les clés pour grandir avec les autres. Mais alors comment poser le cadre tout en respectant ses besoins d’expérimentation et d’exploration ? Comment faire sans avoir recours à la punition (voire à la violence) ?

Pourquoi poser un cadre ?

En grandissant, l’enfant a besoin de règles et de repères, pour comprendre :

  • Le monde qui l’entoure
  • Ce qui est attendu de lui
  • Comment vivre avec les autres

Bien sûr, ces règles génèreront de la frustration. Mais avec votre aide et votre soutien, il apprendra petit à petit à les accepter et les intégrer.

Les règles sont comme dans le conte du Petit Poucet :
des petits cailloux qui permettent de trouver son chemin.

 

Comment poser un cadre ?

3 mots-clés :

  • Constance : La règle ne change pas (en fonction de votre humeur du moment par exemple ;-)). En revanche, elle est amenée à évoluer, en fonction des capacités ou l’âge de l’enfant.
  • Cohérence : la consigne a du sens (danger, règle de vie en société…)
  • Patience : oui, il vous faudra répéter inlassablement !

Quelques astuces :

  1. Poser le cadre, en formulant des consignes claires.

  • ce qui est attendu : « sur le trottoir, tu me donnes la main ».
  • ce qui est non souhaité mais toléré de façon temporaire : « tu peux regarder la télévision exceptionnellement ce matin car tu es malade »
  • ce qui est interdit : « STOP, ne touche pas la porte du four, tu risques de te brûler »
  1. Éviter quand c’est possible les formules négatives.

    Elles sont moins bien comprises par le jeune cerveau de l’enfant. Préférez « Le canapé est fait pour s’asseoir. Tu peux sauter sur le tapis », plutôt que « ne saute pas sur le canapé ! »

  2. Répéter les règles pour que l’enfant les intègre

C’est dans la répétition et la constance de la règle que l’enfant intègre ce qui  est autorisé ou non autorisé. Le tout jeune enfant qui avance pour la dixième fois le doigt vers la prise en regardant son parent n’est donc pas dans la provocation. Il vérifie la règle posée !

Afin que le cadre soit clair, pensez à n’en énoncer qu’une à la fois : « prends ton manteau (temps de pause) et ton bonnet »

  1. Mettre des mots sur les émotions

Une règle nouvelle ou répétée, n’ira pas sans sentiment de frustration ou d’émotions intenses qui débordent. Accueillez-les et mettez des mots dessus, sans pour autant céder !

Afin de les éviter un maximum, n’hésitez pas à anticiper : « encore un tour de toboggan, et ensuite nous devrons rentrer » / « Je te rappelle qu’après le bain, nous allons dîner »…

Notre rôle d’adulte est de contrôler le cadre, mais pas les enfants !
Et inversement : l’enfant teste le cadre, pas l’adulte !

A retenir

  • Le tout-petit a besoin de règles pour assurer sa sécurité.
  • L’enfant a souvent besoin qu’on lui répète les règles pour les comprendre et les respecter.
  • Faire preuve de constance dans l’application des règles sécurise votre enfant, qui sait ainsi mieux ce que vous attendez de lui.
  • Il peut nous arriver à tous de perdre notre calme, de réagir trop fortement. Dans ce cas, prenez le temps de vous excuser auprès de votre enfant. Vous montrerez ainsi qu’on peut réparer une attitude inadaptée.

Pour aller plus loin

« J’ai tout essayé » d’Isabelle Filliozat

« Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » d’Adèle Faber et Elaine Mazlish

« La discipline sans drame » de Daniel Siegel

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Partager sur email
Partager sur print
A lire aussi