Welcome Sophie !

Quel a été ton parcours professionnel ? 

J’ai d’abord commencé ma carrière en tant que lobbyiste au sein TBWA, une agence de communication. C’était encore une profession nouvelle en France avec d’un côté les vieux de la vieille qui essayaient d’influencer les lois par le biais de diners, voyages ou parties de chasse et de l’autre, une nouvelle génération formée à l’anglo-saxonne pour mettre en avant les intérêts des clients, “à ciel ouvert” tout au long du processus législatif. C’était un métier passionnant mais qui nécessitait néanmoins un réseau “politique” et qui me limitait à Paris à une époque où j’avais des envies internationales. J’ai donc cherché une entreprise qui pourrait m’envoyer à l’international et j’ai été chassé par L’Oréal en mettant en avant ma carte de “com de crise” qui me paraissait mieux correspondre à une carrière internationale. J’ai été responsable de la communication de crise, puis directrice et j’ai pu travailler sur des sujets passionnants liés au développement durable, à l’éthique, des sujets en lien avec des crises politiques comme la crise en Ukraine ou le conflit israelo-palestinien qui par ricochet touchent toutes les entreprises qui vendent des produits dans ces zones. Et puis j’ai commencé à me sentir complètement à côté de mon travail, de mes valeurs et du sens que j’avais donné à mes missions. Une période de transition qui a coïncidé avec la rencontre de mon conjoint, le père de mes enfants, installé à Bordeaux. Je l’ai donc rejoint. Depuis, je développe une activité indépendante en communication, je donne des cours à l’EFAP, une école de communication et j’ai des clients qui ont des besoins rédactionnels ou de conseil en communication. C’est dans ce cadre que j’ai postulé à l’offre d’emploi Eponyme. Je donne aussi des cours de yoga mais c’est une autre histoire 😊 

Qu’est ce qui t’a donné envie de rejoindre l’aventure Eponyme ?

Depuis que je suis indépendante, j’essaie de choisir les sujets sur lesquels je travaille, les sujets qui ont du sens p

our moi. Et c’est ce qui m’a plu chez Eponyme, le sujet de la petite enfance qui me parle particulièrement à cette période de ma vie et la vision d’impact social portée par Ingrid et Clément. Je dois dire aussi que la rencontre avec Anne a encouragé mon choix d’accepter ce poste et de rejoindre l’aventure Eponyme.

Quelles seront tes missions à court et moyen terme ?

Ma mission à court terme est d’analyser tous les outils et moyens de communication déployés par Eponyme et de présenter une feuille de route de communication à Anne, Ingrid et Clément afin que la communication ait le plus d’impact possible et soit en lien  avec leur démarche d’impact social.

Et pour apprendre à se connaître un peu mieux, c’est parti pour le jeu de question / réponse :

• Le livre que tu recommandes à tout le monde :
La Peste de Camus, ce n’est pas très joyeux mais c’est tellement intéressant de le transposer à la crise sanitaire que nous vivons actuellement.

• La chanson qui te fait du bien :
Lovely day de Bill Withers, de manière intemporelle car je sens tout de suite qu’elle me met dans un bon état d’esprit pour la journée.

• Ton mantra : 
C’est un tout nouveau mantra que j’ai découvert avec Ingrid et qui me parle beaucoup !

« Quelle planète laisserons-nous à nos enfants et quels enfants laisserons-nous à la planète ? » Pierre Rabhi

• Ce dont tu es la plus fière :
Ma vie de famille

• Le mot de la fin : 
Je suis ravie de rejoindre Eponyme pour les 6 prochains mois et j’espère avoir l’occasion de vous rencontrer !

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Partager sur email
Partager sur print
A lire aussi